Clic Clac photo
|Ressource gratuite||


Pourquoi utiliser une démarche de lecture de paysage à partir d'une photographie ?
Par Isabelle Marty, directrice du Centre Départemental de Documentaion Pédagogique du Cantal.

La lecture d'un paysage fait partie intégrante des IO.
L'analyse de la photo paysagère, qui en est l'application la plus pratique, est intéressante à plusieurs titres : c'est tout d'abord un document géographique à part entière dont la lecture constitue le 1er degré dans la compréhension d'un milieu ou d'un territoire ; c'est aussi un support à l'éducation visuelle.

Les deux aspects sont indissociables dans une démarche de lecture de la photo paysagère : la recherche des éléments visuels (contrastes, lignes dominantes, points forts) étant souvent des indices de différenciation et d'identification des différentes unités naturelles ou humaines du paysage. L'éducation visuelle n'est pas ici réduite à un exercice en soi, elle est aussi au service de la compréhension du mode d'organisation d'un territoire.

L'exercice de décodage d'un paysage s'appuie sur l'analyse de la structure du paysage et des éléments qui le composent : leur présence se traduit visuellement par des lignes, des formes, des trames, dont les nuances sont autant de signes porteurs d'information qui donnent un sens au paysage. Au premier stade de la lecture d'une photo paysagère, l'enfant perçoit généralement ces signes sans leur attribuer systématiquement un sens ; or l'organisation d'un paysage n'est jamais le fruit du hasard mais résulte de multiples combinaisons relationnelles entre les éléments qui le constituent. Il faut donc l'aider à dégager les traits caractéristiques du territoire observé pour percevoir quelques unes des relations qui lient milieu naturel et milieu humanisé et faire ainsi les premiers pas vers la notion de système.

En Europe, les paysage naturels sont rarissimes, l'homme a imprimé partout sa marque, à des degrés divers. Ainsi, si la simple lecture d'une photo de paysage permet généralement de découvrir les indices visuels d'une artificialisation marquée (voies de communication, bâtiments), l'impact de l'action de l'homme est parfois plus diffuse et sous jacente (activité ancienne ou indirecte) et les indices de présence sont plus subtils (par ex : déboisement, abandon ou mise en culture...) La recherche du rôle de l'homme dans la transformation des paysages devient alors un véritable exercice d'interprétation appuyé par des recherches documentaires parallèles.


Consulter le site dédié

Page: ()   1  2  3  4  5  6  ()
Vous êtes connecté anonymement (Connexion)
Footer